7. mai, 2020

billet covid # 79 mardi 17 mars 2020

billet covid # 79

Mardi 17 mars
12:31h

 

Rafik Masmoudi, urgentiste, s’insurge contre la porte-parole du gouvernement

 

Il n’y a plus de temps ! Plus de temps pour la pédagogie !

 

***
Mardi 17 mars
9h du matin

 

Je ne veux pas entendre un seul de nos soi-disant philosophes, éditorialistes, pseudo intellectuels, les Lucchini-en thérapie-depuis-30-ans-aussi-névrosés-qu’à-30-ans, acteurs et actrices en dépression entre le marasme des Césars et l’ineptie de Cannes, les médecins-star-du-petit-écran, réalisateurs, journalistes diserts et/ou de grande médiocrité-qui-ne-vont-plus-pouvoir-glaner-leurs-infos-entre-deux-petits-fours-dans-les-cocktails-dînatoires, et chroniqueurs parisiens-bien-propres-sur-eux, ministres et ex-ministres ... prendre la parole. La copie est blanche.

 

Ils n’ont rien fait.

 

Vous auriez tous — a minima — dû signer avec les 30 journalistes français vivant en Italie l’avertissement aux Français, faute d’en avoir eu l’initiative.

 

C’est trop tard.

 

Mieux, vous auriez dû vous servir de vos plumes, verbe, visibilité, célébrité sur les réseaux sociaux et autres.

 

C’est trop tard.

 

On compte le dépouillement de nos votes pendant que les Italiens ne comptent plus les dépouilles mortelles.

 

Cela fait 15 jours que je relaie à mon petit niveau tout ce qui se passe en Italie depuis ma province, surtout via mes amis et médecins sur le front pour divulguer via FaceBook la réalité qui nous attend.

 

L’injonction paradoxale allez voter en masse et « de rester chez vous » devra être retenue.

 

Un médecin - ami de l’hôpital de Parme qui me demande de relayer son quotidien aux Français via mes posts quotidiens - a utilisé le terme de « criminel » car nous ne pouvions pas ne pas savoir ce que l’Italie traversait.

 

C’est trop tard.

 

Or, sur tous les médias, on a pu entendre que nous avions les meilleurs médecins du monde, qu’il ne fallait pas suivre le modèle italien, et plusieurs virologues et médecins ont parlé d’une petite grippe.

 

Bien sûr, je ne suis pas allée voter pour la première fois.

 

Il y avait un devoir chez vous/nous pour les gens qui ont un quelconque rayonnement d’ouvrir les yeux avant tout le monde. D’empêcher cette folie.

 

C’est trop tard.

 

Mon vieux maître de philosophie... certes de province, du Pays de Retz... a lui compris depuis 3 semaines déjà, qu’il fallait annuler nos cours...

 

Pendant ce temps, l’arrogant et intouchable Christophe Barbier blanc-bec éternellement-drapé-dans-sa-toge-tel-un-vieux-sage, pérorait toujours et encore à « C’est dans l’air », hier soir, qu’il fallait que la Démocratie se déroulât normalement dimanche !

 

Tel un sot, sourd, stupide et dangereux dont le visage n’est pas encore frappé de stupeur par la dangerosité de ses propos et qui n’a toujours pas entendu le message hurlé depuis la Péninsule italienne. Tous ces « gens-là » ont publiquement tenu des propos dont ils vont devoir être comptables.

 

Dans quelques jours, ce même éditorialiste-que-tout-le-monde s’arrache aura le visage blême, la fatuité décuplée et s’en prendra - de haut - au gouvernement. Il faut bien qu’il alimente son débit de paroles-mitraillette.

 

La virologue AC Crémieux toujours beaucoup trop prudente depuis 3 semaines, a quand même trop gentiment osé le corriger sans lui couper la parole lui rappelant que l’urgence médicale aurait dû passer avant tout et qu’il y a eu faute politique. Pourquoi a-t-elle été si gentille, polie depuis 3 semaines qu’on l’entend sur les plateaux ?
Sa collègue, l’infectiologue Karine Lacombe a été encore moins claire, très floue, toujours très souriante, rassurante...
Michel Cymes fait son mea culpa ce matin après avoir minimisé le coronavirus... Agnès Buzyn a l’indécence de le faire à 14:30h...

 

C’est trop tard.

 

Paris est-il imperméable aux voies extérieures ?

 

Le véritable acte civique eut été que les Français - conscients de l’aveuglement de la classe politique parisienne, boycottent à 100% ces élections. Il faudra aussi répondre de cet incivisme. Il eut fallu que les Français donnent priorité aux médecins, qu’ils écoutent le chuchotement qui vient d’Alsace... le surréalisme n’est même pas dicible. Les Français, d’ordinaire si désobéissants, sont allés voter comme des moutons. Mais c’est précisément là qu’il fallait montrer votre force de caractère.

 

C’est trop tard.

 

Pendant ce temps, la ville de Bergame, 130000 âmes n’a pas pu se joindre au concert national sur les balcons... concerts que tous les Français ont partagés découvrant effectivement un peu tardivement me semble-t-il le génie du peuple italien —

 

Hélas à Bergame, chaque habitant est soit contaminé, intubé ou mort. 385 morts hier et le pic n’est pas atteint.

 

Hier, à Parme, dans l’hôpital où pratique un ami, ce dernier m’écrivait qu’il a encore perdu 20 patients. Un patient meurt toutes les 10 minutes, on n’enterre plus les morts, les cimetières sont pleins, et le pic n’est toujours pas visible et aucun signe n’est même perceptible. Ils n’intubent plus les patients de 60 ans et ce sont des jeunes sans comorbidité qui sont désormais intubés. La rubrique nécrologique qui fait 3 pages d’habitude, en fait 11. Transposez ce chiffre à Paris.

 

Le véritable rôle des intellectuels en France, à l’instar de Voltaire qui dénonçait l’épidémie de vérole sur Paris parce qu’en France - contrairement à l’Angleterre, on n’inoculait toujours pas en 1734... alors que ces « monstres d’Anglais » en inoculant le virus aux tout jeunes, savaient les immuniser...

 

le véritable rôle du philosophe est celui-ci. Le véritable rôle du journaliste éclairé n’en est pas éloigné.

 

Or internet n’a visiblement pas encore inoculé les têtes-pensantes de notre pays, et les a immunisées contre le sacro-saint principe de précaution qu’on nous brandit à chaque faribole.

 

Aucun Voltaire n’a émergé. Silence.

 

C’est trop tard.

 

Le rôle des intellectuels est d’anticiper avant tout le monde.

 

Alors maintenant taisez-vous.

 

C’est beaucoup trop tard.

 

Et enfin, la parole présidentielle hier soir, trop douce, caressant dans le sens du poil, sans même utiliser une seule fois le mot-clef, le mot qui fâche... con... fi...ne... ment ! ... quinze jours... (au moins)...

 

Affligeant. Triste.

 

Sans vigueur, trop jeune évidemment et sans l’épaisseur de la vie.

 

Avoir utilisé 6 ou 10 fois ? le mot « guerre » l’aura évidemment affaibli.

 

Un deuxième discours encore trop sage... à la traîne de la réalité... il faudra alors un troisième discours en fin de semaine pour hausser d’un cran, etc.

 

Et un 4ème pour nous annoncer un minimum de 45 jours de quarantaine stricte à l’italienne (et non pas à la Française)... Malgré le coaching vocal, la voix reste blanche et hélas ne porte pas.

 

Elle portera de moins en moins car il fallait frapper haut et fort et tout de suite et EN MÊME TEMPS pour ne pas l’affaiblir.

 

Cruelle est la sortie du film « de Gaulle » qui glisse en abyme l’image d’un chef en cas de crise majeure qui ne doit faire qu’un discours pour changer le destin d’une nation. Imagine-t-on 4 discours en juin 1940 ! Non moins cruel est le Discours d’un Roi bègue ...

 

Il faudra dont utiliser l’intelligence collective pour lire entre les lignes.

 

Les amis anglo-saxons résidents en France ont besoin de pythies pour qu’on leur décrypte ce qui est autorisé et ce qui est interdit...

 

Dernier conseil : amis parisiens vous n’êtes plus sans connaître le scandale sanitaire que l’exode des Italiens du Nord a exporté vers le Mezzogiorno, en ayant eu — il y a 10 jours, la même mauvaise idée que vous : de venir exporter le coronavirus en Province après vous être massivement exposés depuis 15 jours malgré tous les avertissements.

 

De grâce ! Ne venez pas dans l’Ouest. N’envahissez pas l’île de Ré sous peine de la transformer en Poveglia ! Ne transformez pas Yeu en Lazaretto !

 

C’est pas trop tard ? Rassurez-moi...

 

Si, c’est aussi trop tard, c’est l’exode... le sauve-qui-peut...

 

12:24h Sibeth Ndiaye - porte-parole du gouvernement nous annonce « qu’il va y avoir de la part des gendarmes de la pédagogie et aussi de la coercition qui sera utilisée pour changer les comportements ... pas tout de suite !, le temps que les gens prennent leurs marques ».(sic)

 

A graver dans les livres d’Histoire pour la postérité.

 

Une fois encore, nos dirigeants auront toujours 15 jours de retard à l’heure d’Internet. Vous avez compris ? Toujours pas ? Internet fonctionne-t-il intra-muros ? L’épidémie circule au moins à la vitesse d’internet.

 

Lisez au moins le Décaméron, vous y gagnerez un peu en conversation (c’est pas trop tard) dans vos dîners parisiens virtuels, car vous n’avez pas et n’aurez jamais le talent lyrique des Italiens (c’est trop tard) et les balcons vont être silencieux.

 

Bon courage (comme on dit toujours chez nous)

 

NMB de Province