Blog

14. août, 2021
14. août, 2021

Pass sanitaire, laissez-passer, sauf-conduit ou à quel saint se vouer ?

Voici deux exemplaires de pass sanitaires ou laissez-passer. L’un rédigé en 1720, lors de la dernière grande épidémie de peste bubonique dans le Gard qui tua 100 000 personnes en Provence, et l’autre à Venise en 1713, pour les animaux… oui, les animaux.

Au XVIIIe siècle, la répression était très stricte. C'est pourquoi il était si important de disposer d'un sauf-conduit émanant d'une autorité. Cela montre l'importance que commence à prendre la surveillance de l'État sur les individus et le souci sanitaire qui se développe de plus en plus au cours du Siècle des Lumières, quand la science commence à prendre le dessus sur la superstition.

On n’a rien inventé en cas d’épidémie ; La durée de quarante jours est proposée par Hippocrate, et pendant l’Antiquité, on séparait les malades des gens sains. Mais si la quarantaine est une invention de l’Antiquité, elle n’a été institutionnalisée qu’à la fin du Moyen-Âge. Léproseries et lazarets sont inventés à Dubrovnik-Raguse en 1434, la quarantaine à Venise… le confinement … et les pass sanitaires depuis des lustres. Au XIXe siècle, avec le choléra, quarantaine et cordon sanitaire sont à nouveau instaurés, souvent au grand dam des milieux économiques. Jusqu’au début du XXe siècle, les lazarets restent la solution privilégiée, avant que les progrès de la médecine ne permettent de mieux circonscrire les épidémies.

Piqûre de rappel

La dernière épidémie de variole en France eut lieu à Vannes en décembre 1954- janvier 1955.

Historique des faits et exemple de gestion épidémique par la Santé Publique d’alors.

Défaut d’isolement des malades :
• Architecture pavillonnaire : le Pavillon 10 abrite les contagieux (6 lits d’isolement) et médecine interne (38 lits)—la séparation est une fiction (personnels communs)
• La cage d’escalier séparant le service des contagieux du service de médecine interne dans le Pavillon 10 (Chubert)
• Virus infectant à faibles doses et transmissible à distance (sous conditions de température, d’humidité, de charge virale des aérosols expectorés par le patient contaminateur)

Transmission nosocomiale

Les personnels soignants sont contaminés et sont contaminants : retard des revaccination chez les soignants (31 décembre-3 janvier) résultant en 25 cas de contamination nosocomiales dont 18 cas sont des soignants.

La campagne de vaccination de masse commença dès le 4 janvier : la préfecture décide des vaccinations obligatoires sur Vannes et 3 cantons voisins (217 375 habitants).
La zone « menacée » dépasse le périmètre des cas déclarés, on englobe les cas contacts et suit le « modèle anglais ». Quarantaines dans les zones rurales (si infectées : cordon de gendarmerie)/Vannes ne fut jamais fermée (entrants et sortants : vaccination obligatoire)
• La recherche des contacts : zone « menacée » plus large que le périmètre des cas déclarés : une équipe d’inspecteurs de la Santé veilla à ce que les sujets- contacts n’échappent, en aucun cas, à la vaccination ».
• Double stratégie de la préfecture : vaccination de masse + « modèle anglais » (stamping out system (1871) : isolement des malades+vaccination des contacts)
• étendre la zone d’obligation à tout le département.
• Auray englobé dans la zone d’obligation (13 janvier)
• personnel hospitalier et dispensaires, écoliers, élèves collèges et lycées, enseignants et personnels du département vaccinés >5ans, nomades, forains=revaccinés (14 janvier)

• Entre 70 et 90% de la population de la « zone menacée » (200 000 hab.) sont vaccinés entre le jeudi 6 et le jeudi 13 janvier 1955.
• Vannes : 60% population vaccinés en 48 heures (7 janvier): 17000 personnes dont 11000 dans les bureaux de vaccination, 5300 dans écoles, 700 dans les administrations publiques.
• 3 février: 555 000 doses avaient été réparties dans le département (+pharmacies)
• Moindre adhésion des campagnes
• Rareté des complications: 1 Guillain-Barré ; encéphalites : peu d’atteintes, décès en baisse.
• Aucun décès chez vaccinés<5ans

Bilan :

Au total, l'épidémie bretonne est de 98 cas (74 dans le Morbihan et 24 dans le Finistère) dont 20 décès (16 à Vannes et 4 à Brest), soit une mortalité globale de 22,4 %. Dans le Morbihan, 18 enfants de moins de 10 ans ont été touchés, dont 15 non vaccinés (5 décès dont 3 de moins de un an).

Onze médecins ont été atteints de variole, tous (sauf le docteur Grosse, décédé de variole hémorragique) ont fait une forme bénigne. Il a été jugé que le vaccin de l'époque était efficace en limitant la diffusion de la maladie en situation épidémique, en apportant une immunité dès le 11ème jour après la vaccination ; alors que les injections de gamma-globulines antivarioliques de l'Institut Pasteur n'ont eu que de faibles résultats.


***

Entre la peste et le choléra

La seule différence — et elle est majeure d’avec le passé : contre la peste bubonique dont le Colorado connaît actuellement plusieurs foyers (50 cas) —- oui vous avez bien lu, il y a une épidémie de peste bubonique au Colorado cet été et un enfant de 4 ans vient d’en mourir —- nous n’avons qu’une seule arme : les antibiotiques …

Également absente de la mémoire collective, une épidémie de choléra fit rage dans les rues de Naples et à travers la péninsule italienne entre l'été 1910 et les premiers mois de 1912, elle fit jusqu'à 32 000 victimes. En septembre 1973, ce mal du Moyen-Âge, une dernière épidémie de choléra, frappa à nouveau la ville de Naples tuant une vingtaine de personnes et en en contaminant 2 000. Le seul traitement dont nous disposons contre le choléra repose essentiellement sur la réhydratation des patients par soluté de réhydratation orale et si possible par voie veineuse, sous surveillance médicale. Il comprend également l’isolement des malades et la décontamination des selles et vomissements par eau de Javel. Le traitement comprend aussi, au second plan, derrière la réhydratation, un antibiotique par doxycycline ou fluoroquinolones pendant 3 jours. Pas de vaccin.

Mon papa a eu la diphtérie à l’âge de 10 ans en décembre 1944 et fut mis un mois en pavillon contagieux de l’hôpital de Caen. Il fut intubé. Il a failli en mourir. L’Occupation, la guerre firent qu’il n’eut pas la chance d’être vacciné. La vaccination diphtérique est obligatoire depuis la loi du 25 juin 1938, modifiée par les lois du 7 septembre 1948 et du 12 août 1966 (obligation de la primovaccination et du rappel avant l’âge de 18 mois). Les rappels ultérieurs sont recommandés. J’ai été très très malade avec la rougeole et la coqueluche. Heureusement que les vaccins contre ces fléaux existent désormais !

Contre le covid : des vaccins.

Vive les vaccins et merci Pasteur !

Reality check :

l’histoire de l’humanité et du progrès scientifique. Éternel recommencement… il faut donc bien réfléchir avant d’accuser nos pauvres gouvernements français et italien d’entrer en dictature ! Quelle ignorance impardonnable ! Quelle amnésie honteuse. C’est extrêmement inquiétant pour notre civilisation. Personne ne se réjouit d’avoir à montrer un sauve-conduit, ni de recevoir un vaccin de plus obligatoirement ce qui sera la norme partout.

Il faut savoir où l’on veut mettre son énergie : il y a deux options contre un ennemi commun, soit on participe à la solution pour contribuer, gagner du temps et avancer collectivement, soit on choisit individuellement d’aggraver le problème … on nous fait perdre du temps et en pandémie, le temps, c’est précisément ce que l’on n’a pas car c’est une course contre la montre, le virus lui aura toujours un temps d’avance.

Un peu de reconnaissance et d’appréciation de vivre en 2021 en France où “nous sommes pris en charge” serait a minima de rigueur.

Il n’y a pas d’autre option que de faire bloc massivement “contre” pour endiguer ces fléaux sinon l’humanité aurait déjà trouvé la solution miraculeuse depuis des millénaires que l’on est confrontés aux épidémies … la solution miraculeuse nous l’avons, c’est le vaccin gratuit pour tous.

Plus la peine d’invoquer San Gennaro à Naples, de sortir nos crécelles ni de convoquer Saint Roch et tous les saints antipesteux, notre saint à tous c’est le vac-saint !

Je plains tous les dirigeants actuels … finalement au Moyen-Âge, les gens étaient massivement illettrés ; non informés et la science de l’époque faisait “ce qu’elle pouvait” mais les peuples étaient demandeurs de mesures de protection de la part de leurs dirigeants, auxquelles ils adhéraient et la superstition et les prières aidaient à traverser ces horreurs.

En 2021, avec l’arsenal médical ; l’information et l’éducation; les gens ont accès à la science, à la raison, à l’entendement, mais au lieu d’adhérer avec les mesures prises par nos dirigeants avisés par les scientifiques qui font le maximum pour en apprendre tous les jours davantage sur ce virus, ils adoptent une attitude obscurantiste irrationnelle de refus de protection que nos ancêtres réclamaient…

Feraient-ils l’inverse ; c’est-à-dire négligeraient-ils un volet de contrainte de Santé Publique, on les accuserait de mettre notre santé en danger et l’on réclamerait également leurs têtes quoiqu’ils fassent !

Darwin… survival of the fittest.

& Vive l’ironie cartésienne !

« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. »

 

 

6. août, 2021
Une amie française vivant à LA m’envoie cette photo prise hier et m’autorise à la partager avec vous. Je la trouve particulièrement magnifique — elle est prise depuis sa table au Langham de Pasadena. J’ai d’abord cru à un miroir d’eau.
 
Le Washingtonia Robusta Palm Tree est LE palmier de LA - la signature de la skyline… dégingandés, ces palmiers « trop grands sur tiges », verticalisent les « surface streets » et rythment l’immense maillage du quadrillage urbain. Old Pasadena offre un peu de “vieux” dans cette ville-région éternellement jeune… subissant constamment des “revitalization” ou réjuvénation ici et là.
 
J’y venais pour ses musées, le Norton-Simon museum, la magnifique Huntington Library et sa roseraie et les vieux buildings d’Old Town Pasadena qui rassurent, après tout, n’ont-ils pas survécu à de nombreux tremblements de terre ? Et puis pour nous Européens ; Pasadena est ce qu’il y a de plus ressemblant à une ville avec un peu d’histoire et des bâtiments pour la raconter.
 
Les balustres classiques d’inspiration Old World scandent le plan en ligne de fuite entre l’éternel bleu roi du ciel californien, ici légèrement sfumato car Pasadena se trouve sur le piedmont du massif des San Gabriel contre lesquelles s’accumule cette brume, souvent marronnasse anciennement appelée smog, de particules balayées par le vent du Pacifique jusqu’au contreforts des montagnes.
 
Sur la gauche, on aperçoit une imitation d’un Médicis alourdi et inutilement chapeauté aux proportions malheureuses (car non harmonieuses), qui tente de briser la monotonie de ligne de fuite de la rambarde. Le nombre d’or n’est jamais pris en compte de ce côté du monde. Généralement, un Français ou un Italien trouve les plafonds trop hauts ou trop bas et les proportions des pièces ou des salles trop vastes et ne s’y sent pas bien.
 
On devine un Médicis jumeau sur la droite « à la manière des jardins toscans » mais sans la patine ni l’usure du temps qui n’a jamais d’emprise ici… sur rien d’ailleurs. Le style méditerranéen revisité sied si bien au climat, généralement d’extraordinaires bougainvilliers fuschia, pourpre entrelacés tombent en cascade le long des murs, structurant les couleurs chaudes de terre de Sienne ou d’adobe mexicaine conjuguées à l’infini dans le paysage urbain ou “urban sprawl”.
 
La pénombre laisse deviner un crépi de stuc — dit stucco en anglais — de couleur sable.
Le verre de la table contemporaine ronde brise les lignes horizontales et nous invite à la réflexion au-delà de la réflection des cinq palmiers sur fond de tenture de canopy rayé bleu-blanc-rouge.
Le dossier en fer forgé mexicain est une mise en abyme du quadrillage du “grid system” urbain caractéristique de Los Angeles, inspiré du plan-damier romain … 
 
LA passionnément
25. févr., 2021

Forges de Vulcain - version 2021

En Sicile, en cette fin février, la ville de Catane et les villages etnéens vivent des nuits dantesques. Pas moins de six éruptions majeures de l’Etna en huit jours ! Les Instituts de Géophysique de Florence et de Rome publient quotidiennement des bulletins sur leurs pages Facebook, et la plateforme de média milanaise, Local Team, diffuse en direct et en continu toute nouvelle convulsion. Bon, cette activité n'a rien d’anormal pour l’Etna dont la personnalité dite strombolienne connaît régulièrement de nombreux épisodes explosifs.

Les bulletins se succèdent invariablement depuis 8 jours : hausse des séismes volcaniques (ou trémors), accompagnés d’une intensification de l’activité strombolienne sur le cratère Sud-Est, suivie de fontaines de lave d’environ trois cents mètres de hauteur.

Le mardi 23 février, un cinquième épisode paroxystique est observé : les fontaines de lave atteignaient mille cinq cents mètres de haut, avec une colonne éruptive de plusieurs kilomètres au-dessus du sommet de l’Etna.

Ayant vécu plusieurs éruptions alors que j'étais étudiante en linguistique au début des années 80 et vivais au pied de l’Etna, ce qui me fascine toujours dans ces moments extraordinaires, au-delà de la description scientifique du phénomène,  c’est comment réagit l’humain face à un événement qui le dépasse.

Dans ce forum virtuel d’observateurs médusés par l’Etna, qui ont un œil rivé sur leur écran de téléphone et l'autre capté par le spectacle qui se joue à leur balcon, défilent les échanges verbaux des riverains. On y retrouve invariablement les optimistes, les pessimistes, les opportunistes, etc., exactement comme en juin 1944, pendant la guerre, quand ma famille, dans les abris sous les bombardements de Caen, entendait des adultes se livrer à d'interminables discussions, toutes aussi légères que futiles d'apparence dans le contexte, sur l’orthographe du mot “abri” – faut-il un “t” ? Les optimistes interprétaient les vrombissements aériens comme des départs ; les autres, l’inverse ; pendant que les croyants priaient et que les athées se bouchaient les oreilles...  Chacun faisant vraiment comme il peut.

Au cours de ces nuits de février, la nature humaine était encore à l’œuvre. Tout habitant de la Sicile orientale est un pseudo-volcanologue, vivant avec sa montagne sacrée depuis des lustres. Il est capable d'interpréter les moindres soubresauts de l'Etna et en connaît l'origine mythologique. L’Empereur Hadrien fit l’ascension de 'a Muntagna, Empédocle se serait jeté dans son cratère ; Typhon y fut projeté pour y cracher son feu, Ulysse s’y réfugia – car l’œil du Cyclope c’est le cratère de Mungibeddu... l’Etna est Polyphème.

Quand j’y faisais les vendanges, au-dessus des villages de Belpasso et de Nicolosi, une très vieille Sicilienne de noir vêtue m’apprit à coller mon oreille sur la terre et à en déchiffrer les sons. Elle chantait l’Odyssée sur les flancs du Volcan. J’en fus subjuguée. J’avais sous mes yeux une descendante vivante et directe de la Mythologie : l'Etna aurait abrité les forges d'Héphaïstos, elle y aurait fabriqué les armes des dieux de l'Olympe comme le trident de Poséidon ou encore la foudre de Zeus.

Pour les Siciliens de 2021, l’Etna demeure une mère : Mamma Etna, nourricière avec l’extrême fertilité des alentours. C’est aussi une divinité : Idda, qui se met en colère. Elle car Etna est généralement au féminin, sauf sous son nom dérivé de l'arabe : Mongibello -- lui-même dérivé du Sicilien :  Mungibeddu signifiant "doublement" montagne. Quant au terme Etna, Aetna ou Etnea, il dériverait du grec ou du phénicien, signifiant : "je brûle" ou "fournaise". Quoi qu'il en soit : l'Etna a toujours raison, c’est Elle qui décide. Les habitants vivent avec l’Etna comme avec une divinité toujours vivante parmi eux, en eux.

Cette nuit encore, le 24 février 2021, les internautes-résidents du volcan ne parviennent toujours pas à trouver le sommeil et conjurent leur peur, mêlée d’admiration et de vénération dans une arène collective virtuelle. La Sicilianité est fortement imprégnée par a' muntagna ; on y retrouve le fatum romain ; le fatalisme pirandellien, et les soufrières de Verga. Je me retrouve une fois de plus au sein de ces échanges, comme invitée chez eux face à l'Etna.

Fontaines de lave, chutes de lapilli et retombées de cendres

Certains depuis Catane disent que c’est néanmoins la pire activité en 30 ans, et qu’ils ne l’ont jamais vue "autant en colère". L'Etna, ou Sua Maestà (sa Majesté) "fait encore des siennes". Pour vaincre leurs craintes, les résidents se défoulent comme ils le peuvent, en sicilien, dans cette énième nuit éruptive. Certains avouent avoir peur, ils commentent en direct depuis leurs villages respectifs, décrivent depuis leurs fenêtres l’odeur âcre et soufrée, les grondements et convulsions du volcan, les chutes de lapilli, voire de débris tels des bombes volcaniques et les trémors.

À Randazzo, écrit Untel, les fenêtres tremblent... Un témoin observe qu'une deuxième bouche s’est ouverte sur le cratère Sud-Est, décrivant horrifié des coulées laviques sur trois flancs comme si plusieurs bouches vomissantes agissaient de concert. Un internaute fait remarquer que bien qu'une portion du sommet se soit fendue changeant l'aspect du cône sommital du cratère Sud-Est, le volcan a gagné quelques mètres de hauteur. Certains se rassurent en disant qu’heureusement (et comme d’habitude) – tout va se déverser dans la Vallée du Bœuf (Valle del Bove), ce grand réceptacle providentiel, cette caldeira de dix kilomètres de long, et que ce soir n'a rien d'exceptionnel et reflète une activité normale pour l’Etna. Le tout étant quand même ponctué de nombreux Mamma mia

D’autres écrivent qu’ils vont finir par mourir, comme à Pompeï. Certains font montre d'un sens pratique : "il n’y a plus d’avions, plus de touristes qui viennent nous contaminer, donc ça mettra fin à la Covid". D’autres accusent la 5G de causer cette énième activité extrême, "qui met le Volcan en colère". D’autres encore se réjouissent que la chaleur tuera la Covid-19. Certains, dotés d’un grand pragmatisme, profitent d’avoir une forte audience en direct pour faire passer des petites annonces telles que : “vends Panda adaptée aux pistes laviques”. Une femme se plaint d'être fatiguée de devoir toujours et encore balayer les cendres et débris, une autre s'esclaffe avoir oublié son linge dehors. Beaucoup se disputent, voire s'insultent à cause d'un subjonctif non maîtrisé,  – il y a de la vie, les noms d'oiseaux en sicilien pleuvent autant que les pierres et lapilli sur Milo, Zafferana Etnea et Giarre, l’angoisse est palpable et avouée : "j’ai peur."

Certains disent que la Madone les protège, d'autres invoquent Padre Pio ou encore demandent à la sainte patronne de la ville de Catane, Sant'Agata, de leur venir à nouveau en aide. Après tout, Sainte Agathe n'a-t-elle pas fait continuellement des miracles depuis l'an 252 ? ... la liste des éruptions est longue : 1169, 1239, 1381, 1408, etc. Les Siciliens de la région savent tous qu'en 1669, durant la plus catastrophique des éruptions qui dura soixante-huit jours et qui détruisit une grande partie de Catane, le magma s'arrêta à quelques centaines de mètres de la cathédrale et de l'endroit ou Sant'Agata fut emprisonnée et martyrisée, pour dévier et finir par se jeter dans la mer. Bref, ça vaut la peine de faire une fois de plus appel à Sant'Agata, que l'on soit croyant ou pas d'ailleurs car cela ne peut pas nuire ! Aujourd'hui encore, pouvons-nous voir un autel honorant la sainte à Nicolosi lors de la terrible éruption de 1886, où la lave s'arrêta pile devant la procession des fidèles dédiée à son culte.  D'autres internautes plus alarmistes avertissent que Catane doit être déjà en train de brûler ce soir. Un père de famille avoue que tous dorment habillés, prêts à fuir...

Des Napolitains insomniaques et empathiques soutiennent les Catanais car eux aussi vivent avec deux volcans ! Un au-dessus de leurs têtes, le Vésuve, et un autre sous leurs pieds, les champs Phlégréens et revivent les Derniers Jours de Pompéi à chaque éruption. À chacun son épée de Damoclès. Ils vivent chaque convulsion par procuration et tout hoquet agit dans leur imaginaire comme une terrifiante piqûre de rappel. Consanguinité magmatique oblige. Plus près, des  habitants de Reggio di Calabria compatissants observent les éruptions depuis l'extrême pointe de la Péninsule, entre Charybde et Scylla.

Des résignés écrivent : "à quoi bon prier, vous allez tous mourir !" D’autres, à la fibre héroïque, ajoutent : "Si Catane disparaît, au moins on se souviendra de nous dans l'Histoire." D’aucuns s’insurgent : "mais personne au Nord (de l’Italie) ne nous soutient donc ??? ". Un Milanais osera alors aligner quelques lignes pour soutenir ses concitoyens du Mezzogiorno. Une femme se plaindra du fait (fort suspect) que tous les soirs, il faille subir une éruption en plus du confinement et que cela commence à faire beaucoup. Nombreux sont ceux qui vivent les éruptions avec soulagement car, déclarent-ils, au moins cela évitera un tremblement de terre ! Comme si cette gigantesque cocotte-minute devait régulièrement lâcher son trop plein d'énergie dans des éruptions explosives autant que libératoires pour éviter le pire.

Un internaute écrit : "Nous sommes en Enfer." D’autres déclarent néanmoins : "Mais on l’aime notre volcan !", puis les réalistes concluent : "C’est l’Etna qui décide !" Certains écrivent des considérations philosophiques telles que : "La nature est bonne, c’est l’homme qui est mauvais" ou s'extasient devant la beauté et la puissance de la Nature.

“Depuis Sydney, en Australie, nous prions pour vous”, c’est la diaspora sicilienne en émoi qui prie depuis Buenos Aires, de New York ou Melbourne, tous fuseaux horaires confondus. Ces Siciliens du bout du monde sont pris par la nostalgie de ne pas vivre l’événement sur place, car ils sont symbiotiquement connectés au Volcan comme si leurs viscères “sentaient”,  à mille lieues de leur île, et que l’Etna bouillonnante coulait constamment dans leurs veines.

Enfin, ils sont nombreux à constater qu’il tombe des lapilli incandescents à Piano Provenzana. On constate enfin que ça se calme. Ouf ! on va pouvoir s’endormir en sachant que, très probablement, un autre épisode paroxystique s’ensuivra. D'ailleurs, une internaute ose écrire que l’aboiement des chiens ne présage rien de bon. Elle s'attire immédiatement les foudres de la communauté. La lave visqueuse hypnotisante s'écoule lentement et inlassablement au-dessus du village de Milo.

Sous les Grecs, on parlait des Forges d'Héphaïstos, puis des Forges de Vulcain. En 2021, le Volcan demeure toujours aussi impressionnant, envoûtant, hypnotisant et déroutant. Nous sommes toujours et encore confrontés aux mêmes tourments, entre peur et admiration, rationalisme et paganisme et en sortons un peu grandis en humilité. Après tout, et c'est rassurant, notre part de mythologie est toujours possible et présente auprès de Mungibeddu et fait encore partie de notre humanité. Ce forum virtuel version 2021 aura servi aux résidents du volcan à exorciser leur angoisse collective, celle-là même que devaient vraisemblablement éprouver les Sicules, premier peuple ancien de Sicile cité par Hérodote au Vème siècle avant notre ère.

 

Captures d'écran réalisées en direct à partir de la vidéo du média Local Team. https://www.localteam.it - Le mardi 23 février.

 

11. déc., 2020

 

This week, Time Magazine brand new cover calls 2020 "the worst year ever," No comment. The US has short-term memory! Yes the concept of time is totally different from most other countries, still... it is insulting.
 
This December 3rd marked the 1st anniversary of 6th Airborne veteran Daniel F Lyons' death.
 
This short documentary by Clément Horvath pays homage to the heroic 6th Airborne paratrooper who spearheaded D-Day.
 
 
I had heard about my family's first-hand experience of D-Day my entire life. They are from Ranville, the 1st village liberated during the night of June 6th 1944.
 
On Monday, June 5th 1944, two of my uncles were diving off Pegasus bridge, barely half a mile from their house, through the shortcut of the Bois de la Chasse woods, observing German soldiers practicing crossing the Orne River with inflatable canoes, and later that afternoon, watching them in their usual activities such as shooting with real ammunitions in the quarry less than 200 meters away from their tiny cottage where my grand-parents are trying to raise a growing family of 8 children during the German occupation. These past years had added increased burden on their daily lives, food was scarce, making soup out of stinging nettles a necessity, food stamps with ever decreasing portions the norm -- proportionate to the increasing number of very young-starving German soldiers based in the Ranville area, with Rommel visiting because Hitler decided to crank up the German forces in Normandy for fear of an imminent invasion, all of this resulting into an almost equal enemy population next to the civilians vying for staple food everyday. In the wake of D-Day, my grand-father and uncles “buried a few 6th Airbornes” and made the white wooden crosses of the temporary graves there.
 
When I finished shooting a 4 hour-long family documentary back in June 2017, to gather my aunts and uncles memories about their war and D-Day, it dawned on me that I had never really tried to google some key words to check out whether something would pop up from that memorable night when 8 or 9 6th Airborne paratroopers bursted into my family's tiny home at Bourg-Neuf in Ranville "around midnight" with a wounded soldier who had badly injured his foot upon landing during the jump. He was laid on the two-meter long farm table where my grand-mother administered first aid with makeshift bandage while my uncles gave him water...
 
Decades of June 6th commemorations never turned successful to bring back those heroes, the first decades, my mom actively attended D-Day as a school pupil first honoring their liberators, but the veterans were too traumatized and trying to start normal lives overseas and did not come back. I remember seeing General Montgomery in the late 60’s, Prince Charles, Bill Millin crossing the bridge playing his bagpipes. Some of my relatives watched the shooting of the Longest Day and its clichés and inaccuracies. 
 
Only in the last 25 years did we start seeing veterans come back "en masse" with their families... On the 50th anniversary, I participated in interviewing and hosting some of them in my classes while teaching in Cherbourg.
 
Time had passed and their grand-children wanted to learn and see where it all happened. My family never met a single of the 8 6th Airborne veteran who were present that night in their house. They had somewhat given up on the hope of identifying the wounded soldier... the only name they had was Jack Watson, the platoon commander whose name was given during that night. Feeling the urge to talk about "it" as this generation is alas vanishing, it was high time to really delve into this matter.
 
Anyhow, on that morning of June 2017 Google responded... it was pure magic and my heart started pounding... I typed the following words and hit the return key: "wounded 6th airborne paratrooper kitchen table June 6th 1944 Ranville". Bingo!... Some BBC WW2 archives and a text by Steve Lyons, Daniel's son, came up on the screen and did mention a "wounded soldier on a kitchen table in a cottage in Bourg-Neuf". That was the first mention of a witness... for 56 years I had heard this story of D-Day and knew all the details and for the very first time, 73 years later, I was able to find a name, a paratrooper who was still alive and had just attended the ceremonies in Ranville! I was fortunate enough to receive an answer to my email within the week... and Daniel F Lyons called me up right away, his very first words were:" Was it your mom who refused my chocolate ration that night?" I could not believe the question, yes it was my mom indeed... Thérèse, she was 5 and she had told me this story all her life... blurry-eyed we kept talking about that night, the wounded soldier, etc.
 
Shortly after, Daniel sent me letters and we initiated a beautiful correspondance in which he wrote the details of his war and D-Day. I had the feeling of coming full circle -- finally.
 
Simultaneously, I met Clément Horvath via his Till Victory Facebook page thanks to Daniel's name... It was meant to be. Things were aligned. The two had just met at Pegasus Bridge.
 
My mother, her siblings and myself organized an expedition to the Isle of Wight in August 2017 to meet with Daniel and his family and thank him for having personally liberated my family... and my mom kneeled to offer him a box of chocolates apologizing for her faux-pas... some 73 years later. I was able to capture this extremely moving scene on camera.
 
Clément Horvath was so moved by our story, he decided to write about it in his Till Victory (2) Letters of Veterans... the book came out last March, and now we are extremely moved to be able to see this documentary to honor Daniel F Lyons' memory and never forget about his sacrifice. His legacy lives directly through us all, we can never repay the debt of gratitude.
 
He volunteered at 17 and was 19 when he jumped on D-Day among the first 6th Airborne to jump to secure the bridges and the river banks to enable the Invasion at dawn. After the battle of Normandy, he will fight in the Ardennes and the Battle of the Rhine in Operation Varsity during which his jeep was destroyed. He then went on to Palestine with the prestigious SAS (Special Air Service). He dedicated 7 years of his young life to fight the worst conflict mankind ever knew.
 
It was high time to pay tribute to this last Emperor!
 
What Manner Of Men Are These That Wear The Maroon Beret?
They are firstly all volunteers and are toughened by physical training. As a result they have infectious optimism and that offensive eagerness which comes from well-being. They have 'jumped' from the air and by doing so have conquered fear.
Their duty lies in the van of the battle. They are proud of this honour. They have the highest standards in all things whether it be skill in battle or smartness in the execution of all peace time duties. They are in fact - men apart - every man an emperor.
Of all the factors, which make for success in battle, the spirit of the warrior is the most decisive. That spirit will be found in full measure in the men who wear the maroon beret”
General Montgomery
 
So when Time Magazine dares call 2020 "the worst year ever" I am appalled, stunned. I lack the words.
 
I am not going to bring up the Roman concept of “virtus” (derived from vir, latin word for man, hence virility) to refer to all of the "excellent qualities of men, including physical strength, valorous conduct, and moral rectitude." The English word of virtue was borrowed from the French word "vertu".  However the thought Nietzsche anticipating about the modern age plight and the era of the proliferation of idle and hedonistic men is now a reality.
 
Certainly, by our standards, 2020 is an Annus Horribilis. All that is asked from us is to stay home, watch series on Netflix and wait until it is safe to resume our previous ordinary lives and try not to complain too much about not having a New Year's Eve party. Nothing heroic about this.
 
Well, there was nothing ordinary about Daniel's life behind a very humble smile, it was extra-ordinary by all means almost until the end since he kept working well into his 90's to help others, bringing comfort and cookies to ship crews at 4:00 am off the Isle of Wight as an active member of Saint Thomas catholic church in Cowes.
 
We have vaccinations to almost everything, we have insurances against everything but assurance for nothing.
 
No, our "funny pandemic war" does not compare to anything the former generations have gone through during the world conflicts and yes, we have drawn very little lesson, and still are not quite aware about what courage is truly about, transmission has not been effective. We have become so vulnerable, so fragile, so babyfied, so pampered, so over-protected... mediocre... almost pathetic.
 
When I asked Daniel's family what would have Daniel done had he lived 6 more months through the pandemic? The answer was very simple: "he would have done as usual and worked to help people out like on a normal day."
 
Thank you Clément Horvath for keeping the flame alive.